cactus

cécile fraysse — cie amk

dents et piquants
à partir de 2 ans / durée : 45′

La compagnie AMK développe un univers entre spectacle vivant et installation plastique. Cactus, leur nouveau spectacle, poursuit cette esthétique en mêlant dessins, théâtre de marionnettes et danse.

Les voix off d’enfants rencontrés tout au long de la création, racontent l’histoire d’un bébé loup né sans dents dans une fleur de cactus.

Ce bébé ni tout à fait loup, ni tout à fait cactus devra grandir, se défendre sans utiliser ses dents et trouver sa place parmi ses congénères.

 

Informations pratiques

Générique

Écriture : Carl Norac
Scénographie et jeu : Cécile Fraysse
Création musicale, sonore et vocale : Boris Kohlmayer
Avec les voix de : Alma Frouin et Almar Fraysse en voix principales, Alice et Céleste Duris, Nina et Billie Kohlmayer, Filémon Aufort, enfants de l’école du Château des Rentiers Paris 13 en voix secondaires
Conseil manipulation marionnettes : Alexandra Vuillet
Création lumière : Corentin Praud
Crédit photo : Pierre Grosbois

Bio

Cécile Fraysse, née en 1974, vit et travaille à Bagnolet.
Metteuse en scène, scénographe, Cécile Fraysse, après une année d’Hypokhâgne en philosophie, intègre les Beaux-Arts de Rennes où elle obtient un DNAP Art. Elle poursuit son cursus en scénographie aux Arts Décoratifs de Strasbourg dont elle sort diplômée en 1998. Elle rencontre Alain Recoing et travaille avec lui comme assistante dans le cadre de la création du Théâtre aux Mains Nues à Paris. En 2000, elle cofonde sa compagnie, créant le spectacle Certaines aventures de Madame Ka qui rencontra très vite un vif succès, en France et à l’étranger.

Cecile Fraysse déploie à travers ses créations des univers plastiques mêlant musique, chant, parole documentaire, danse, images animées, collages et dessins, objets et sculptures. Certaines aventures de Madame Ka, d’après le texte de Noëlle Renaude, affirmait déjà l’esthétique de cette artiste. Ses poupées, telle la belle-mère araignée, sont comme des personnages sortis d’un kaléidoscope surréaliste. Le travail de la marionnette multiplie les signes et les strates de signification et permet également, dans Le Mioche (2003), de toucher au sujet sensible des enfants soldats. C’est tout un « théâtre poème » à l’imaginaire organique qu’elle développe dans les trois tableaux de Mangeries (2007). Iceberg (2011), Paradeisos (2013) et L’île aux vers de terre invitent, chacun à leur manière, à un voyage sensible, et esquissent des écosystèmes complexes et poétiques.

La compagnie AMK a été fondée en 2000 avec la création d’un spectacle de marionnettes sur table intitulé Certaines aventures de Madame Ka. Au cours de ces 10 dernières années, la ligne artistique de la compagnie a progressivement évolué. D’abord très stimulée par des dynamiques de recherches dramaturgiques nourries de textes contemporains et d’explorations d’outils marionnettiques (Le Mioche 2002, Rose 2005, De l’intérieur 2005), les dernières créations (Mangeries 2007, Gingko Parrot 2009, Iceberg 2011, Paradéïsos 2014) affirment un vif intérêt pour l’expérimentation d’installations spectacles faisant appel à des champs artistiques pluridisciplinaires (musique, poésie, documentaire sonore, danse, arts plastiques, cinéma d’animation) et s’interrogeant sur la place du public au cours de la représentation scénique : immersion du corps du spectateur dans la scénographie, multidiffusion sonore, interaction des interprètes avec le public, improvisations écrites, déploiement de points de vues, espaces laissés aux imaginaires individuels, dramaturgie s’appuyant sur une création de sens à partir de signes tant sensoriels que narratifs.
Depuis 2007 s’affirme le choix d’une implication participative du public et des interprètes, dans l’espace, le jeu et la réception, en proposant des modes de narration inspirés du collage et qui permettent au public de développer un espace de libre interprétation.
La cie AMK est conventionnée par la DRAC et la Région Ile de France depuis 2009.