Le Cabaret Discrépant

Olivia Grandville,
La Spirale de Caroline

Danse Dada / À partir de 12 ans

Dans un fol esprit subversif et une énergie juvénile, les fondateurs du mouvement lettriste, Isidore Isou, Gabriel Pommerand, François Dufrêne et Maurice Lemaître écrivent le Manifeste de la danse ciselante – où ils pulvérisent avec un humour ravageur l’art chorégraphique de leur temps.


Olivia Grandville revisite dans une suite de propositions ce répertoire étrangement prémonitoire par rapport aux enjeux de la danse contemporaine. Elle réalise, avec humour et fantaisie, une pièce en forme de fugue chorégraphique, un concert dansé et parlé qui rend un hommage drôle et irrévérencieux à cette bande de jeunes utopistes qui rêvaient d’une société où les valeurs de la création et de l’art auraient remplacé celles du travail et de l’argent.


En 2016 la Médiathèque Les Sources de Combourg, Extension sauvage et le Théâtre de Poche célèbrent le centenaire du Cabaret Voltaire et du mouvement Dada en proposant sur le territoire de la Bretagne romantique, exposition, spectacle, conférence et ateliers de danse.

Olivia Grandville a été formée à l’École de danse de l’Opéra de Paris, et en 1981 intègre le corps de ballet. De 1981-1988, elle traverse le répertoire (Balanchine, Limon, Cunningham…) et participe aux créations (Marin, Bagouet, Wilson…). Elle rejoint en 1989 la Compagnie Dominique Bagouet où elle sera l’interprète principale des ultimes créations du chorégraphe. C’est à cette époque qu’elle commence à s’investir dans la création de ses propres chorégraphies au sein de la compagnie La Spirale de Caroline. Passionnée par la dimension polysémique de la danse et les correspondances entre verbe et geste, elle met en jeu une esthétique combinatoire qui place le corps au centre d’un réseau de relations avec les autres médias du spectacle vivant. Elle a réalisé une vingtaine de projets tout en poursuivant une carrière d’interprète, notamment avec Vincent Dupont et Boris Charmatz.
En 2010 elle crée Une semaine d’art en Avignon, commande du Festival d’Avignon. Dans la continuité d’un travail entamé en 2008 sur les partitions chorégraphiques lettristes, elle crée Le Cabaret discrépant en 2011, reprit notamment en 2013 à la Colline – théâtre national et au Lieu Unique à Nantes. En octobre 2013 elle est invitée au Festival actoral à Marseille, sur une proposition de Manuel Vallade, et y présente L’invité mystère. En décembre de cette même année, elle adapte au TU-Nantes : Roman Photo de Boris Charmatz avec 24 danseurs amateurs nantais. En février 2014, elle a créé Le grand jeu au TU-Nantes avant de présenter la pièce en mars 2014 à la Ménagerie de verre dans le cadre du Festival Etrange Cargo.

Informations pratiques



Générique

Conception Olivia Grandville, d’après Isidore Isou
Collaboration artistique et lumière Yves Godin
Interprétation Vincent Dupont, Olivia Grandville, Catherine Legrand, Sylvain Prunenec ou Laurent Pichaud, Pascal Quéneau, Manuel Vallade
Réalisation de l’installation Michel Jacquelin et Odile Darbelley
Réalisation graphique Martin Verdet
Régie générale Nicolas Barrot
Prise de son Eric la Casa
Production Olivier Stora

Production Compagnie La Spirale de Caroline / Co-production : Centre de Développement Chorégraphique Toulouse-Midi Pyrénées, Musée de la danse – Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne, Centre Chorégraphique National de Montpellier dans le cadre du programme Domaines, Arcadi / Avec le soutien de la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie, de l’association Beaumarchais-SACD et La Ménagerie de Verre dans le cadre des Studiolab.
Avec le concours de Mécènes du Sud.
Le Cabaret Discrépant est un projet lauréat Mécènes du Sud 2010 / Remerciements à Fanny de Chaillé, François Chaignaud, Laurent Pichaud, pour leur apport original dans cette danse.