Justice

Vincent Collet
en création

Justice constitue le troisième volet du triptyque Pouvoir / Ou pas.
Il s’articulera autour de la réalisation de plusieurs modules, qui constitueront progressivement une cartographie sensible et anthropologique de la notion de justice.

Le premier module a lieu en 2019 dans le voisinage du Théâtre de Poche. D’autres sont en préparation dans différents territoires dont l’histoire a mis en lumière jusqu’à nos jours des rapports spécifiques à la résolution de conflit ou au pardon. Le second module aura lieu dans le nord de la France, dans les Corons et un troisième est envisagé en Nouvelle-Calédonie, où suite aux conflits entre communautés après les attentats de 1988, des processus de réconciliation issus de rites calédoniens ont été enclenchés.

Le premier module en cours sur la Communauté de communes de la Bretagne romantique est un Portrait de territoire autour du sentiment de justice. (+ d’infos ici)

Spectacle tout public à partir de 14 ans
Durée : 1h

Informations pratiques

création :

contact :
Elisabeth Bouëtard, chargée de diffusion
09 81 83 97 20 ou elisabeth.bouetard@lejolicollectif.com

Générique

Concept et mise en scène : Vincent Collet
Écriture et jeu : Marie-Lis Cabrières, Fanny Fezans, Vincent Voisin, Vincent Collet
Collaboration artistique : Pierre Déaux

 

Bio

Vincent Collet est metteur en scène, comédien et fondateur du joli collectif. Depuis 2010, il co-dirige le Théâtre de Poche avec Vincent Collet, Damien Krempf et Robin Lescouët.

Il travaille actuellement avec Marie-Lis Cabrières, Fanny Fezans et Vincent Voisin à la création du triptyque Pouvoir / Ou pas.

« Comment le pouvoir s’exerce-t-il ? De quelle liturgie la force a-t-elle besoin pour s’exercer ? Quelle est la dimension organique du pouvoir, où se situe-t-il dans les corps ? L’exercice du pouvoir est fait d’injonctions contradictoires, d’une perpétuelle recherche d’équilibre, souvent introuvable. » – Vincent Collet

Aveugles constitue le premier volet de ce triptyque. Il questionne le pouvoir en tant que sentiment de capacité, de possibilité d’organisation au sein d’un groupe social réduit (association, conseil municipal, famille).
Le pouvoir est fréquemment analysé sous une forme ternaire : exécutif / législatif / judiciaire (comme le théorise Montesquieu) ou bien : pouvoirs reliés au passé (le sage) / au présent (le chef) / au futur (le barde, le chaman) (division établie par des sociétés traditionnelles) ou encore : imposer une décision / éviter certains sujets / influencer idéologiquement (d’après le sociologue politique Steven Lukes). C’est ainsi que Vincent Collet décide d’entamer une étude du pouvoir, plus sensible, moins rationnelle mais éclairante, au travers de trois fables :
Aveugles – centré autour du groupe, de l’immobilisme et de la délibération.
Antigone – questionnant le corps du pouvoir dans l’urgence de l’action.
Projet Justice – autour du droit, de la jurisprudence et des normes à venir.

Les quatre mêmes interprètes seront distribués dans ces trois volets. La logique d’appropriation d’un sujet par l’expérience réelle et d’une écriture qui se tisse entre la discussion au plateau autour de cette expérience et l’émergence d’une situation fictionnelle sera la même.