J’ai écrit une chanson pour MacGyver

Enora Boëlle
en tournée

Quand on a 15 ans en 1995, on développe un amour inconditionnel pour MacGyver et on ne rate sous aucun prétexte le concert d’NTM… Chaque adolescent se construit avec les références de son époque, mais une chose est immuable : l’adolescent se questionne !
Quel est ce corps qui change ? Où est ma place dans la société ? Qui serai-je dans 10 ans ?… Avec un peu de tendresse et beaucoup d’autodérision, Enora Boëlle parcourt toutes ces questions.

« Une pièce bombardée de références pop 90’s où, seule sur scène, Enora Boëlle s’interroge sur cette période charnière de sa vie et ce qu’elle est devenue. Un parcours entre espérances et désillusions où, comme dans la série de TF1, on trouve toujours une solution. »
Bikini, n°38 (p.42)

Spectacle tout public à partir de 12 ans
Possibilité d’organiser des représentations scolaires
Durée : 1h

Dossier artistique à télécharger

Informations pratiques


en tournée :

Kingersheim, les 6 et 7 février 2019 / Festival Momix
> Tout public le 6 février à 16h
> Scolaire le 7 février à 9h30

Pessac, le 21 mars 2019 / Saison culturelle – Pessac
> Tout public le 21 mars à 20h30

Marseille, les 28, 29 et 30 mars 2019 / Théâtre Massalia
> Tout public les 29 et 30 mars à 19h
> Scolaire le 28 mars à 14h30
> Scolaire le 29 mars à 9h45

contact :
Elisabeth Bouëtard, chargée de diffusion
09 81 83 97 20 ou elisabeth.bouetard@lejolicollectif.com

Générique

Concept, jeu, mise en scène : Enora Boëlle
Aide à l’écriture : Robin Lescouët
Régie : Nina Ollivro
Crédit photo : Lise Gaudaire

Bio

Enora Boëlle est née en 1980 en Bretagne. Metteure en scène, comédienne et fondatrice du joli collectif, elle a travaillé depuis une quinzaine d’années sur de nombreux textes contemporains. Depuis 2010, elle co-dirige le Théâtre de Poche avec Vincent Collet, Damien Krempf et Robin Lescouët.

En 2017 elle met en scène Moi, canard, une adaptation du conte Le vilain petit canard par Ramona Badescu suite à une commande d’écriture. Ce spectacle est le premier volet d’un cycle sur la construction de l’identité. Elle se focalise ici sur l’enfance : comment, enfant, on trouve sa place dans le monde ? Comment l’enfant qui se construit va devenir l’adulte qu’il est.

Sa recherche sur la construction de l’identité se poursuit avec J’ai écrit une chanson pour MacGyver, créé en 2017 au festival Marmaille à Rennes.

On ne dit pas j’ai crevé, son nouveau projet en cours, autour de l’apprivoisement de la mort, verra le jour à l’automne 2020.

Ces derniers projets sont particulièrement marqués par un jeu seule en scène où elle amincit la théâtralité au profit d’une expérience partagée et vécue avec le spectateur.