circulations capitales

« Au croisement du théâtre documentaire et de la fiction (…), les comédien.ne.s partagent leur carnet de voyage parfois commun, parfois intime, rapportant ce qu’il et elle ont vu, entendu, ressenti. (…) Leur bureau de travail devient salle de classe en Bretagne, chambre d’enfant à Moscou, karaoké à Saïgon… (…)
Protéiforme, la scène est avant tout un espace de jeu : la quête dans laquelle ils s’engagent se veut aussi ludique, et le décalage est joyeux à la relecture du passé. La mémoire prend corps et voix, se chante, se danse, tandis que se recompose le puzzle des souvenirs et qu’on rejoue la politique à la manière d’un jeu vidéo. »
Critique de Circulations capitales par Blog baz’art.

V.15 + S.16 novembre / 20:30