Enora Boëlle

en création

Cœur avec les doigts


En cours de création
Tout public
Création automne 2024
En scolaires à partir de 9 ans

Et maintenant, si on parlait d’amour?

Sujet abyssal et résolument d’actualité. Pour essayer de comprendre et analyser ce grand sentiment, Enora Boëlle invite trois personnes au plateau. Ensemble, elles vont aller creuser du côté de leurs expériences d’amoureuses, se placer à hauteur d’enfance, entre rêves Disney et réalité, questionner au passage les fantasmes d’une société laissant peu de place aux amoures d’un autre genre pour finalement, peut-être aussi beaucoup parler d’amitié et de respect.

dossier artistique

Distribution:
Écriture de plateau
Concept et mise en scène : Enora Boëlle
Jeu : Enora Boëlle, Delphine Battour, Pau Simon & Juli Houbart
Dramaturge : Agathe Meziani
Assistante à la mise en scène et scénographie : Marine Prunier
Création lumière : Anthony Merlaud
Médiatrice : Noëlla Bugni
Production et diffusion : Babeth Bouëtard et Rachel Dufief

Contact :
Elisabeth Bouëtard, chargée de diffusion
09 81 83 97 20 ou elisabeth.bouetard@theatre-de-poche.com

Générique

Production : Théâtre de Poche/Le joli collectif      

Co-production : Lillico – Scène conventionnée d’intérêt national Art, Enfance, Jeunesse – Rennes / Théâtre La Paillette – Rennes / Très Tôt Théâtre – Scène conventionnée d’intérêt national Art, Enfance, Jeunesse – Quimper / Théâtre Massalia – Scène conventionnée d’intérêt national Art, Enfance, Jeunesse – Marseille / THV – St Barthélémy d’Anjou. 

Enora Boëlle sera artiste associée au THV pour 3 ans à partir de la saison 2022-2023. 

Théâtre de Poche – Hédé-Bazouges – dans le cadre d’une résidence d’artiste en milieu scolaire, dispositif DRAC. 

Bio

Enora Boëlle est née en 1980 en Bretagne. Metteuse en scène, comédienne, autrice et fondatrice du joli collectif, elle est titulaire d’un Master mise en scène et dramaturgie à Paris X – Nanterre et a travaillé depuis une quinzaine d’années sur de nombreux textes contemporains.    

De 2010 à 2019, elle codirige le Théâtre de Poche à Hédé-Bazouges – Scène de territoire Bretagne romantique et Val d’Ille – Aubigné. Fin 2019, elle se concentre exclusivement à son activité de création mais demeure une artiste active au sein du collectif.   

Depuis 2016, elle développe un travail en solo qu’elle porte au plateau et met en scène. Elle ouvre des espaces de témoignage entre théâtralité et autofiction au cœur d’un espace scénique souvent vide, laissant la place au corps dans une expression textuelle et chorégraphiée.    

Ces dernières années, les réflexions autour de la construction des identités, l’affirmation de soi ou comment trouver le courage d’être qui l’on est, jalonnent son travail. Ce parcours débute avec Moi, canard (2016), une adaptation du conte Le vilain petit canard par Ramona Badescù, à qui elle passe une commande d’écriture. Elle plonge ensuite dans les méandres de l’adolescence et crée J’ai écrit une chanson pour MacGyver (2017), un spectacle auto-documentaire. Le confinement du printemps 2020 la pousse à imaginer Sac à dos (2020), une forme courte qu’elle joue en salle de classe. Il y est question d’émancipation par la marche à pied.    

Son quatrième projet en solo On ne dit pas j’ai crevé, sort en octobre 2021.  Inspiré de faits réels et du rapport étroit qu’elle entretient (malgré elle) à la mort, Enora Boëlle y joue sa propre finitude dans un texte co-écrit avec Robin Lescouët. 

Pour Cœur avec les doigts, son nouveau projet, elle sera rejointe sur scène par trois autres interprètes. Ensemble elles observeront leurs constructions intimes et sociales de l’amour. La création est prévue pour l’automne 2024. 

Enora Boëlle analyse sa propre histoire et questionne nos constructions individuelles et collectives : comment les personnalités se forgent à travers des choix, des confrontations aux autres, des affirmations malgré les peurs que cela engendre. Ses spectacles, adressées aux jeunes et tous publics, ouvrent des espaces transversaux où la fiction flirte avec la réalité, où l’intime devient politique, où l’enfant de 9 ans croise les expériences de l’ado de 15 ou l’adulte de 40.