Justice-s, cartographie sensible (titre provisoire)

Vincent Collet
en création

JUSTICE avec un « S ». Le projet JUSTICE.S a pour ambition de nous donner plusieurs visions, plusieurs approches autour de la notion de justice. En réalisant 7 documentaires dans 7 pays différents, les 4 co auteurs-interprètes de cette nouvelle forme du triptyque Pouvoir / ou pas nous offriront ici toutes leurs interrogations et retours sensibles sous la forme d’une pièce, à l’intérieur d’une installation vidéo.

« Pour finaliser cette trilogie, je voudrais comprendre la façon dont la notion de justice est apparue, à quelle nécessité elle répond. La justice est souvent perçue comme une notion grandiloquente et éloignée de chacun. A contrario, je souhaite saisir comme ce sentiment est façonné par l’intimité, la géographie, l’histoire d’une communauté sur un même territoire.

Il est question ici de saisir quels sont nos attachements, au sens développé par Bruno Latour avec les cahiers de doléances, de ce à quoi l’on tient, de ce qui nous retient et de la façon dont on l’accepte. Cette conversation sera présente en filigrane avec chaque personne que notre groupe rencontrera. »

Pour appréhender cette question dense et plurielle de la justice, plusieurs modules seront organisés dans plusieurs pays : 7 modules dans 7 pays de 2019 à 2022.
Chacune de ces résidences fera le portrait sensible d’une communauté dans une approche anthropologique et nécessairement subjective de la justice et du droit :

– en France (qu’évoque la notion d’équité dans notre voisinage ?)
– en Nouvelle-Calédonie (où après les attentats de 1984 à 1988, plusieurs processus coutumiers ont été conduits pour stimuler la réconciliation entre les communautés)
– en Grèce (que sont devenus les manifestants de la place Syntagma 5 ans après ?)
– à Bruxelles
– à Genève (deux villes construites autour d’institutions internationales, l’Union européenne pour l’une et l’ONU pour l’autre)
– au Japon (où le recours à la justice a toujours été très faible par peur d’une pression sociale mais où elle s’impose paradoxalement comme un espace alternatif possible et de progrès social)
– au Quebec (comment, dans cette région juridiquement unique au monde, se concilient le code civil napoléonien, la common law britannique et le droit des Premières Nations ?)

À l’issue de chaque voyage, un film est produit et projeté sur place dans une installation scénographique. Cette installation vidéo ouverte en permanence au public est composée de trois grands écrans parmi lesquels il est possible de déambuler. L’installation sera également habitée et « activée » par les quatre performeurs qui auront vécu ces parcours et participeront en live à leur restitution publique.

Spectacle tout public à partir de 14 ans
Durée : 1h

Dossier du triptyque Pouvoir / Ou pas

English version – artistic file Power / Or not

contact :
Marion Le Guerroué
09 81 83 97 20 ou marion.leguerroue@theatre-de-poche.com

Dates à venir

saison 20-21

Bruxelles (BE) / Théâtre de la vie
Workshop JUSTICE / création sonore
Du 31 août au 5 septembre

Genève (CH) / Le Grütli
Module #2 – Territoire : Canton de Genève
Du 16 au 29 septembre

Voyage exploratoire en Grèce
Du 26 au 30 octobre

Athènes (EL) / partenaire en cours de recherche
Module #3 – Territoire : D’Athènes à Lesbos
Du 7 au 18 décembre (dates à confirmer)

Genève (CH) / Le Grütli
Restitution du Module #2 – Territoire : Canton de Genève
Du 14 au 16 janvier / festival GoGoGo (dates à confirmer)

Voyage exploratoire au Québec
Début 2021

St-Brieuc (22) / La Passerelle, scène nationale de St-Brieuc
Restitution des Modules #1 & #2 / Installation
Du 17 au 21 février (dates à confirmer)

Athènes (EL) / partenaire en cours de recherche
Restitution Module #3 – Territoire : la Grèce
Du 1er au 5 mars (dates à confirmer)

Mons (BE) / MARS
1ères répétitions : du 22 au 29 mars
Ouverture au public : le L.29 mars / 19:00

Kyoto ( JP) / Theatre E9 Kyoto
Module #4 – Territoire : De Fukushima à Kamyiama
Du 1er au 15 avril (dates à confirmer)

Nouméa (98) / ADCK – Centre Culturel Tjibaou
Module #5 – Territoire : En Nouvelle Calédonie
Du 15 au 28 avril (dates à confirmer)

Schaerbeek – Bruxelles (BE) / Théâtre de la Balsamine
Module #6 – Territoire : Schaerbeek
Du 1er au 20 juin (dates à confirmer)
+
Restitution Module #6 / Installation
Du 15 au 25 juin (dates à confirmer)

Avignon (84) / Théâtre du Train Bleu – Festival Off d’Avignon
Restitution Module #1,2,3 et 6 / Installation
Dates à définir

Générique

Concept et mise en scène : Vincent Collet
Collaborateurs artistiques : Marie-Lis Cabrières, Vincent Collet, Fanny Fezans, Vincent Voisin
Monteurs vidéo : Florian Leduc, Laurent Valdes
Scénographie : Marine Brosse
Crédit visuel-dessin : Gabrielle Gillies
Production, diffusion : Marion Le Guerroué

Production : Théâtre de Poche / Le joli collectif.
Coproduction : (en cours)
La Passerelle – Scène nationale de St Brieuc, le Grütli (Genève), Théâtre de la Balsamine (Schaerbeek-Bruxelles), Mars – Mons arts de la Scène (Mons), Centre Culturel Tjibaou (Nouméa).
Avec le soutien de l’Institut français à Paris et de la Région Bretagne, du Consulat général de France à Québec dans le cadre du Fond Émerillon et du Ministère des Outre-mer dans le cadre du FEAC.
Ce projet a reçu l’aide du fonds FEADER, programme européen LEADER pour le projet le réel au centre : le documentaire au théâtre.
Remerciements chaleureux à tous les habitants qui ont participé aux entretiens.

 

Bio

Vincent Collet est metteur en scène, comédien et fondateur du joli collectif. Depuis 2010, il co-dirige le Théâtre de Poche avec Vincent Collet, Damien Krempf et Robin Lescouët.

Il travaille actuellement avec Marie-Lis Cabrières, Fanny Fezans et Vincent Voisin à la création du triptyque Pouvoir / Ou pas.

« Comment le pouvoir s’exerce-t-il ? De quelle liturgie la force a-t-elle besoin pour s’exercer ? Quelle est la dimension organique du pouvoir, où se situe-t-il dans les corps ? L’exercice du pouvoir est fait d’injonctions contradictoires, d’une perpétuelle recherche d’équilibre, souvent introuvable. » – Vincent Collet

Aveugles constitue le premier volet de ce triptyque. Il questionne le pouvoir en tant que sentiment de capacité, de possibilité d’organisation au sein d’un groupe social réduit (association, conseil municipal, famille).
Le pouvoir est fréquemment analysé sous une forme ternaire : exécutif / législatif / judiciaire (comme le théorise Montesquieu) ou bien : pouvoirs reliés au passé (le sage) / au présent (le chef) / au futur (le barde, le chaman) (division établie par des sociétés traditionnelles) ou encore : imposer une décision / éviter certains sujets / influencer idéologiquement (d’après le sociologue politique Steven Lukes). C’est ainsi que Vincent Collet décide d’entamer une étude du pouvoir, plus sensible, moins rationnelle mais éclairante, au travers de trois fables :
Aveugles – centré autour du groupe, de l’immobilisme et de la délibération.
Antigone – questionnant le corps du pouvoir dans l’urgence de l’action.
Projet Justice – autour du droit, de la jurisprudence et des normes à venir.

Les quatre mêmes interprètes seront distribués dans ces trois volets. La logique d’appropriation d’un sujet par l’expérience réelle et d’une écriture qui se tisse entre la discussion au plateau autour de cette expérience et l’émergence d’une situation fictionnelle sera la même.