Antigone

Vincent Collet
en création

Que savent les dirigeants que nous ne savons pas ?
Antigone est une pièce-débat qui, au delà de l’antichambre de la tragédie, porte un débat public sur l’avenir de la Cité. Comment déterminer la justesse de l’action de l’exécutif ? Qu’est-ce qui trouble et anime les dirigeants d’un pouvoir en pleine crise, dans ces discussions off – à l’abri des médias – mais aussi dans les échanges publics – parfois violents ?

Antigone constitue le deuxième volet du triptyque Pouvoir / Ou pas. Inspiré de la pièce de Brecht, cet épisode questionne au plateau le corps du pouvoir dans l’urgence de l’action.
C’est une écriture collective à 4, une aventure qui prend sa source dans des expériences vécues : une enquête dans les coulisses du pouvoir au 21e siècle. Les artistes-enquêteurs font un parallèle entre Antigone et les instances de l’Union Européenne, qui, tout en étant essentielles, n’en paraissent pas moins obscures. Ils tenteront de saisir les enjeux de l’exécutif et ses doutes aujourd’hui : les influences, les lobbys et les motivations du personnel chargé de la gouvernance.

Spectacle tout public à partir de 14 ans
Durée : 1h

Dossier artistique

Informations pratiques

création :
à l’automne 2019

contact :
Elisabeth Bouëtard, chargée de diffusion
09 81 83 97 20 ou elisabeth.bouetard@lejolicollectif.com

Générique

Concept et mise en scène : Vincent Collet
Écriture et jeu : Marie-Lis Cabrières, Fanny Fezans, Vincent Voisin, Vincent Collet
Collaboration artistique : Pierre Déaux
Régie : Ewen Toulliou

co-Production : (en cours de recherche)
Le Canal, scène conventionnée – Redon / Le TU-Nantes, scène conventionnée / La Bellone, maison du théâtre – Bruxelles / Le Théâtre de Poche, scène de territoire – Hédé-Bazouges
Avec le soutien de : Le Vivat, Scène conventionnée art et création – Armentières

Très librement inspiré du texte Antigone de Bertold Brecht

 

Bio

Vincent Collet est metteur en scène, comédien et fondateur du joli collectif. Depuis 2010, il co-dirige le Théâtre de Poche avec Vincent Collet, Damien Krempf et Robin Lescouët.

Il travaille actuellement avec Marie-Lis Cabrières, Fanny Fezans et Vincent Voisin à la création du triptyque Pouvoir / Ou pas.

« Comment le pouvoir s’exerce-t-il ? De quelle liturgie la force a-t-elle besoin pour s’exercer ? Quelle est la dimension organique du pouvoir, où se situe-t-il dans les corps ? L’exercice du pouvoir est fait d’injonctions contradictoires, d’une perpétuelle recherche d’équilibre, souvent introuvable. » – Vincent Collet

Aveugles constitue le premier volet de ce triptyque. Il questionne le pouvoir en tant que sentiment de capacité, de possibilité d’organisation au sein d’un groupe social réduit (association, conseil municipal, famille).
Le pouvoir est fréquemment analysé sous une forme ternaire : exécutif / législatif / judiciaire (comme le théorise Montesquieu) ou bien : pouvoirs reliés au passé (le sage) / au présent (le chef) / au futur (le barde, le chaman) (division établie par des sociétés traditionnelles) ou encore : imposer une décision / éviter certains sujets / influencer idéologiquement (d’après le sociologue politique Steven Lukes). C’est ainsi que Vincent Collet décide d’entamer une étude du pouvoir, plus sensible, moins rationnelle mais éclairante, au travers de trois fables :
Aveugles – centré autour du groupe, de l’immobilisme et de la délibération.
Antigone – questionnant le corps du pouvoir dans l’urgence de l’action.
Projet Justice – autour du droit, de la jurisprudence et des normes à venir.

Les quatre mêmes interprètes seront distribués dans ces trois volets. La logique d’appropriation d’un sujet par l’expérience réelle et d’une écriture qui se tisse entre la discussion au plateau autour de cette expérience et l’émergence d’une situation fictionnelle sera la même.